Amérique,  Road Trips

Costa Rica

Au mois de février 2019, nous nous sommes envolés direction le Costa Rica pour un road trip d’un peu plus de deux semaines.

QUAND PARTIR ?

Privilégiez la saison sèche qui s’étale de décembre à avril. Nous sommes partis le 2 février et le temps était relativement agréable malgré la chaleur (surtout sur la côte Pacifique). Il faut aussi aimer l’effet hammam dans les forêts humides !

BUDGET

Nous avons tout organisé nous-mêmes, je me suis aidée de Booking. J’ai un compte Voyageur régulier, je dispose donc souvent de 10% (vous obtenez ce compte en utilisant leur plateforme de réservation régulièrement) ! Nous nous étions fixés 5000 euros à deux pour 19 jours qui comprennent :

  • L’avion : 932 euros pour deux, 2 bagages en soute compris (nous avions reservé nos billets  6 mois à l’avance, nous sommes passés par Kayak. Astuce : nous avons opté pour un vol vers Liberia au lieu de San José – le prix était moins élevé !
  • Location de voiture : Hyundai Tucson via Sixt, il est indispensable d’avoir un 4*4 ou un SUV pour rouler en toute tranquillité (routes caillouteuses souvent non goudronnées avec nids de poule !).
  • Hôtels : 100 euros par nuit environ. Astuce ; vous pouvez varier les gammes d’hôtels en équilibrant votre budget, parfois une nuit à 50 euros et l’autre à 150 (oui un peu de « luxe », ça fait du bien parfois !). 
  • Essence : 15 euros par jour.
  • Nourriture : 50 euros pour deux par jour.
  • Extra : 15 euros/jour pour deux (largement dépassé si l’on considère toutes les entrées aux différents parcs nationaux visités).

ON EMPORTE QUOI ?

Nous avions pris deux bagages en soute (+ nos deux sacs à dos en bagage à main) avec :

  • 2 paires de chaussures de randonnée (au cas où une serait mouillée, mais en février c’est la saison sèche donc une aurait suffi!).
  • Polaire (Oui il fait frais le soir).
  • Maillot de bain
  • Crème solaire
  • Anti-moustiques (nous avons été piqués à Rincon de la Vieja, mes mollets s’en souviennent encore).
  • Shorts, pantalons de randonnées, tshirt (type tshirt pour courir).
  • Casquettes
  • K-way (il peut être utile dans la fôret de nuages à Monteverde ! ).
  • Guide(s) sur le pays, nous avions choisi d’emporter le Petit Fûté (2018-2019) et Guides Voir Costa Rica (Hachette 2016).
  • Appareil photo
  • Go Pro : nous l’emportons partout, sa petite taille est un atout majeur pour les photos qui ne nécessitent pas forcément de zoom. Cela évite de devoir porter notre gros appareil photo dont le poids est conséquent !).

MONNAIE :

Nous avons retiré de l’argent à l’aéroport de Libéria, des colons (monnaie locale) et à tous les endroits où il y avait des distributeurs. Vous pouvez aussi payer en dollars. A noter que La carte bancaire est acceptée quasiment partout !

NOTRE TRAJET

Nous avons parcouru environ 1500 kilomètres en 18 jours ! Il y a évidemment d’autres itinéraires possibles, si vous aimez marcher, vous pouvez préférer le Park National Cerro Chirripo au Park National Tortuguero par exemple (ce que nous aurions dû faire) !

Notre itinéraire trip au Costa Rica
Itinéraire Costa Rica

Jour 1 : arrivée à Liberia

Nous avons dû revoir notre planning puisque notre vol Paris-Atlanta, notre seconde escale, a été annulé et nous sommes donc partis le lendemain ! (hôtel + repas pris en charge par Delta).  La bonne nouvelle c’est que Delta nous a dédommagé d’un billet de 1000 dollars chacun (nous pensons donc à la prochaine destination…!!).

Vol au dessus de l'Amérique
Quelque part au-dessus de l’Amérique !

Nous devions initialement arriver le 2 février mais nous avons finalement atterri le soir suivant, moi qui avait réservé un hôtel à côté de l’aéroport, c’était fichu ! Nous arrivons vers 00h00 et nous réveillons notre hôte. Le trajet pour y accéder n’est pas toujours simple et nous sommes directement plongés dans l’ambiance du Costa Rica : route non goudronnée où il faut naviguer entre les pierres et les nids de poule ! Mais quelle nuit ! Les bruits environnants sont tout simplement impressionnants ! Vous ne serez pas réveillés par le bruit des voitures mais par toute la faune qui gravite autour !

Lodge aux abords du parc Rincon de la Vieja

Jour 2 : Rincon de la Vieja National Park secteur Santa Maria

Nous nous réveillons dans notre chalet en bois et c’est l’émerveillement, quelle végétation ! Nous en prenons plein la vue et je passe mon temps sur les marches à contempler les oiseaux et les écureuils ! Notre logement est rustique (pas d’eau chaude !) mais l’emplacement et la gentillesse de nos hôtes valent le détour ! Ce lodge est un de nos coups de cœur au Costa Rica. Prix pour deux nuits : 68 euros + les petits déjeuner à 7 euros/pp que nous avons pris, il nous fallait bien ça pour commencer la journée !). Après avoir mangé, nous nous dirigeons vers le Parc Rincon de la Vieja. Attention, ce n’est pas une route mais un chemin avec énormément de pierres – nous mettrons pas moins de 40 minutes pour faire 15km ! Une fois sur place, pas grand monde, nous payons les droits d’entrée et nous prenons le seul sentier ouvert. Nous sommes lundi et beaucoup de parcs ferment, impossible donc de rejoindre, à pied, l’autre secteur du parc – Las Pailas). Nous marchons jusqu’à des sources d’eau chaude. Pensez à prendre votre maillot de bain si l’odeur du souffre ne vous incommode pas ! C’est aussi dans ce parc que nous rencontrons nos premiers singes, un plaisir qui n’est visiblement pas partagé !

Sources d'eau chaude au parc Rincon de la Vieja secteur Santa Maria
Sources d’eau chaude
Un singe capucin dans le parc Rincon de la Vieja secteur Santa Maria
Un singe capucin

Jour 3 : Rio Céleste – Tenorio Volcano National Park

Le lendemain nous nous dirigeons vers le Rio Céleste connue pour son eau bleue turquoise. Nous déposons, comme à chaque fois, nos bagages à l’hôtel ! Pour accéder à la cascade du Rio Céleste, il vous faudra laisser votre voiture sur un parking payant et marcher quelques kilomètres après avoir payé les droits d’entrée ! Si vous aimez randonner, vous ne serez pas rassasiés par les sentiers proposés ! Mais l’endroit est vraiment très beau comme je vous laisse le constater :

Nous retournons à l’hôtel, un petit coin de verdure (97 euros la nuit petit déjeuner compris).

Cabane à Bijagua non loin du Tenorio Volcano National Park

Jours 3 et 4 : Volcan Arenal

Nous décidons de déposer nos affaires à l’Arenal Observatory Lodge & Spa. Si vous n’y logez pas, vous pouvez vous promener dans la propriété de plusieurs hectares mais pour cela, il faut payer ! Nous avons dormi deux nuits pour 320 euros (oui dormir face au volcan, ça a un prix !).

Le volcan Arenal depuis l’Arenal Observatory Lodge & Spa
Vue depuis notre chambre

Nous décidons de nous aventurer dans le Parc National Volcan Arenal. Attention, il y a deux secteurs, vous devrez reprendre votre voiture pour accéder à la deuxième partie, mais ça vaut le coup !) puis, dans un parc privé Arenal 1968 qui sont proches l’un de l’autre. Nous adorons marcher alors nous ne pouvions pas nous contenter d’un seul parc. Vous pourrez profiter de magnifiques vues sur le volcan (nous sommes chanceux car la vue est plutôt dégagée !). Le soir nous profitons de la piscine et du jaccuzi de l’hôtel ainsi que des happy hours proposé au bar du restaurant. Pour accéder à l’espace piscine, vous devrez prendre un pont suspendu sous, peut-être, les hurlements des singes !

Le volcan Arenal  depuis le second secteur du parc national
Le volcan Arenal depuis le second secteur du parc national
Piscine depuis l’Arenal Observatory Lodge & Spa
Pont dans l’Arenal Observatory Lodge & Spa

Le lendemain, nous décidons de rester à l’Observatory Lodge pour arpenter les différents sentiers. Ce fut vraiment sympa et cela nous a permis de ne pas reprendre la voiture. Il a beaucoup d’animaux sur le terrain (coatis, toucans ou encoe singes hurleurs) Nous voulions faire la randonnée qui monte jusqu’au Cerro Chato, le petit frère du volcan Arenal, mais il est désormais interdit de s’y rendre en raison de la dangerosité du terrain. On vous accostera en bas de l’Observatory Lodge pour la faire. A vos risques et périls !

Carte des trails de l’Arenal Observatory Lodge & Spa
Plan des sentiers du Arenal Observatory Lodge & Spa
Randonnée dans l’Arenal Observatory Lodge & Spa
L’un des sentiers du Arenal Observatory Lodge & Spa

Jours 5 et 6 : Tortuguero

Nous roulons jusqu’à La Pavona où nous devons laisser notre voiture sur un parking payant et surveillé. L’accès à Tortuguero se fait uniquement en bateau. Attention, on va vous accoster pour prendre des bateaux privés (le double en terme de tarif). Nous avons opté pour le bateau public, certains se sont fait avoir et ont payé le double !! Prévoyez un sac à dos pour le temps passé à Tortuguero, ce n’est vraiment pas pratique de devoir traîner ses valises – elles sont restées sagement dans la voiture stationnée sur le parking. La traversée fut longue car le cours d’eau était exceptionnellement bas (nous avons mis 3 heures et le moteur a carrément lâché !). Mais nous avons vu beaucoup d’animaux sur le trajet ! Nous arrivons à notre hôtel (140 euros les 2 nuits) avec vue sur le fleuve !

Le lendemain matin nous partons en excursion sur le bateau électrique de notre hôte (25 euros/pp). Malgré une pluie battante, nous voyons des caïmans, des singes hurleurs et beaucoup d’oiseaux !

L’après-midi, nous arpentons les chemins du Tortuguero National Park ! Astuce qui nous vient de notre hôte : bon je vous la donne quand même, il est possible de rentrer sans payer en rentrant par la plage puisque les chemins longent cette dernière (nous avons payé le droit d’entrée mais n’avons pas rencontré de gardes sur les chemins).

Alors le soir je me suis laissée embarquer par mon amoureux pour un « Night Tour » (organisé par notre hôte). Nous avons été tous les deux très déçus : vous êtes nombreux dans les groupes à suivre d’autres groupes et les guides s’appellent entre eux dès qu’ils voient un animal. En fait, si vous êtes réellement attentifs, vous verrez beaucoup d’animaux par vous-mêmes ! Si vous ne devez choisir qu’une excursion, privilégiez le bateau le matin !

Jour 7 : San José

Le lendemain nous prenons la route pour nous rendre à San José. La ville est essentiellement une étape pour nous rendre à Manuel Antonio. Je ne suis pas très en forme ce jour-ci, mon dos me fait souffrir alors à part un tour dans le parc en face, je suis restée allongée au lit. Notre hôtel, ce n’est pas le luxe mais pour 35 euros la nuit, c’est très correct -restaurant asiatique sur place !).

Parc métropolitain La Sabana

Jours 8-9 : Los Quetzales & Manuel Antonio

En chemin, nous décidons de nous arrêter au parc national Los Quetzales. Ce parc n’a pas beaucoup d’intérêt puisque seulement un sentier sur 5 était ouvert et il fait seulement 2 km (du coup l’accès est gratuit) ! Nous décidons de l’emprunter malgré tout mais nous n’avons pas vu le fameux Quetzal ni grand-chose d’autre d’ailleurs ! Un peu déçus, nous roulons jusqu’à la côte pacifique. Nous logement pour les 3 prochaines nuits est tenu par un couple de français vraiment sympathique. René et David sont de bon conseil et le logement est spacieux, nous pouvons même faire une (plutôt deux) machines gratuites pour laver nos vêtements (prix pour 3 nuits : 319 euros) ! Pendant ce temps, nous décidons de nous rendre sur une petite plage (Playa Biezanz). L’eau est très chaude, 30 degrés, ça nous change de notre Bretagne ! Une nouvelle fois, nous devons payer le parking (comme un peu partout au Costa Rica, les locaux s’improvisent gardiens de parkings).

Playa Biezanz

Jour 10 : Manuel Antonio National Park

Le lendemain nous nous rendons au Parc Manuel Antonio. Un conseil, arrivez dès l’ouverture du parc, il y a beaucoup de monde ! On vous demandera peut-être de payer 4000 colonnes voire plus pour le parking. Notre hôte nous a dit de ne pas payer plus de 3000 colonnes. Sur place, la personne nous demande 4000 colonnes mais nous lui avançons que nous n’avons que 3000 colonnes et nous lui donnons. Il a accepté et a gardé notre voiture. Une fois dans le parc, nous faisons tous les sentiers ! Nous avons même eu la chance de voir un paresseux accroché à sa branche :

Vous pouvez aussi en profiter pour vous prélasser sur les superbes plages.  

Sur le chemin du retour, nous avons la chance d’apercevoir des petits singes écureuils se promener sur les câbles électriques ainsi qu’un magnifique couple de haras.

Jour 11 : Los Campesinos

Sur les conseils de David, nous décidons de nous rendre à Los Campesinos Ecolodge. Attention la route pour y aller est sinueuse, pentue et caillouteuse (encore une fois !). Ne vous attendez à pouvoir marcher pendant de longues heures dans ce parc privé (sauf si vous prenez un guide). Les principales activités se concentrent autour d’un pont suspendu vraiment très impressionnant et une cascade où vous pourrez vous baigner ! Vous pourrez aussi dormir et manger sur place.

Jour 12 : Carara National park

Sur le trajet direction Monteverde, nous nous arrêtons au Parc National Carara reconnu pour abriter les fameux Ara rouges ! Il est agréable d’arpenter les chemins du parc si vous pouvez faire abstraction du bruit de la route à côté ! En chemin, nous décidons de faire un détour par le Rio Tarcoles, le pont aux crocodiles ! Nous qui n’avions jamais vu de crocodiles, ce fut très étonnant !

Des haras rouges
Des crocodiles au Rio Tarcoles

Jour 13 : Monteverde

Cette fois, direction Monteverde et sa forêt de nuage, j’attendais avec hâte cette partie de notre road trip ! Pas de route goudronnée pour accéder au village de Monteverde, armez-vous de patience ! Ici, vous trouverez de tout dans le supermarché ! Nous en profitons pour nous ravitailler et nous reposer à notre hôtel, imbattable niveau rapport qualité/prix (59 euros la nuit + très bon petit déjeuner compris) ! Le lendemain matin, nous partons direction le parc national de Monteverde – vous devez rejoindre un parking, vous ne pouvez pas monter plus haut, une navette gratuite vous déposera devant le parc, vous pouvez aussi monter à pied ! Nous faisons tous les sentiers du parc d’un pas lent, scrutant partout le moindre bruit, le moindre mouvement de feuille d’où pourrait se dégager les jolies plumes du Quetzal. Après 4 heures de marche, je me rends à l’évidence, je ne verrai pas le Quetzal… Nous nous dirigeons donc vers la sortie quand mon conjoint me fait des signes, il est là !!! Le Quetzal majestueusement perché sur une branche.

Cascade dans le Parc Santa Elena
Le Quetzal resplendissant

Après cette journée bien remplie nous rejoignons notre bubble. J’avais fait une petite folie en réservant dans cet endroit mais malheureusement pour nous, il y avait des travaux juste à côté de notre bubble. A 364 euros les deux nuits, nous n’étions même pas au calme. Nous avons même dû acheter des boules quies puisque tous les bruits de la vallée remontent (boîte de nuit, voitures, chiens). Dommage car la vue est splendide et vous pourrez même prendre votre douche face à la nature.

Douche en pleine nature

Jour 14 : Santa Elena

Comme on veut toujours en voir plus, nous nous sommes rendus à la Reserve de Santa Elena. Moins de monde ici qu’à Monteverde mais nous n’avons pas vu le Quetzal ! Si vous devez privilégier un seul parc, je vous conseille de vous rendre à celui de Monteverde ! L’après-midi, nous avons opté pour les ponts suspendus avec Selvatura Adventure Park – 35 dollars environ par personne. Il est possible d’ajouter à cela les tyroliennes qui sont vraiment très impressionnantes. Nous ne l’avons pas fait mais nous pouvions voir les gens en descendre et crier !

Jour 15 : Playa Carillo

Quand j’ai planifié le voyage, mon conjoint voulait se reposer à la fin du voyage (le road trip n’est pas de tout repos et nous voulions prendre davantage notre temps qu’aux USA avec notre rythme effréné !). Nous nous sommes dits que nous finirions le voyage « en douceur ». Un peu difficile pour moi qui suis une vraie pile ! Nous avons donc longé la côte jusqu’à notre prochain hôtel puis nous avons profité de la grande plage de Carillo. Le soir nous dormons juste en Face au Nammbu Beach Front bungalows, super hôtel (166 euros la nuit, petit déjeuner compris). La piscine est vraiment agréable mais la nourriture n’est vraiment pas top, mieux vaut sortir de l’hôtel pour manger à côté.

Jour 16 : Playa Grande

On continue notre balade sur la côte pacifique sur les plages Danta et Dantita où Xavier en profite pour faire un peu de snorkeling (pas énormément de poissons à voir mais il est tout de même ravi) ! Puis, nous regardons le soleil se coucher sur la Playa Grande ! Le soir nous rejoignons notre Glamping (comprenez camping de luxe – 82 euros petit déjeuner compris et excellent ! ) tenu par un couple de français installé au Costa Rica avec leurs enfants. Il fait très chaud et le ventilateur peine à nous refroidir la nuit !

Playa Grande

Jour 17 : Rincon de la vieja National Park secteur Las Pailas

Assez reposés, nous décidons de changer nos plans ! Comme nous n’avions pas pu faire le parc Rincon de la vieja secteur Las Pailas à cause de notre avion annulé, nous retournons au parc et nous ne sommes pas déçus ! Attention, il vous faudra vous acquitter d’un droit de passer avant de rentrer dans le parc. Nous choisissons de monter jusqu’à une belle cascade (La Cangreja). Ensuite, une petite boucle nous donne un aperçu du volcan (il n’est plus possible de monter jusqu’au cratère) : fumerolles, boue frémissante…  Le soir nous retournons vers Libéria pour une dernière nuit au Costa Rica histoire d’être au plus près de l’aéroport – l’hôtel (67 euros la nuit petit déjeuner compris). Il n’est pas formidable, la piscine est salle l’après-midi, vous êtes prévenus !).

La Cangreja

Jour 18 : retour chaotique pour la France !

Et nos mésaventures avec l’avion semblent nous poursuivre ! Le matin de notre départ, nous recevons une notification pour un retard sur notre vol Libéria – Minneapolis. Difficile de se l’imaginer mais une tempête de neige sévit dans la ville américaine et les avions ne décollent pas. Xavier souhaite malgré tout aller à l’aéroport le plus tôt possible (ce qui s’avérera être une bonne option mais il ne faut pas trop lui répéter !). Après un long dialogue avec le bureau Delta, nous réussissons à obtenir un vol vers Atlanta. Malheureusement, notre avion a du retard et la queue interminable à la douane nous fait manquer notre second vol. Notre objectif est maintenant d’avoir le second vol qui part dans peu de temps. Mais le personnel de l’aéroport ne veut rien entendre. Un couple de français nous informe alors qu’une personne accepte de faire passer en priorité les passagers ayant un vol imminent. Après une courte discussion, Xavier parvient alors à nous faire épargner l’attente. Une fois nos valises récupérées et déposées, nous passons les contrôles et nous démontrons maintenant nos capacités au 200 mètres (enfin moi j’agonise derrière pour être honnête).

Une fois à la porte d’embarquement, nous nous croyons sauvés ! Eh bien non, encore raté, on nous informe qu’il n’y a plus de place dans l’avion !!!

Finalement, on arrive à nous caser quelque part ! Et pas n’importe où car nous sommes en première classe mais pas à côté ! Xavier, en super héros, demande à une personne de changer, quel homme ! Alors en première classe, c’est vraiment pas pareil, vous avez votre petit espace, un siège entièrement inclinable, un repas avec des noms qu’on comprend pas, des oreillers, un super kit avec crème hydratante et même des chaussettes. Une fois arrivés à Amsterdam, nous loupons notre vol, on commence à avoir l’habitude. Et pour finir sur une bonne note, nous arrivons à Nantes avec… une valise en moins !

La classe !

On repart quand ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *